Radiologie dentaire

 


Les examens radiographiques infirment ou confirment le diagnostic, ils ne peuvent en aucun cas dispenser à l'anamnèse et l'examen clinique du patient. 


Radiologie dentaire


I. Radiographie intra-buccale:

A. Rétro-alvéolaire :

Elle permet de visualiser le nombre des racines et leurs morphologies, la région péri-apicale (granulome, kyste), le rapport avec le sinus, le septum inter-dentaire et l'état parodontal, évaluer un traumatisme dentaire et contrôle d'un traitement ou chirurgie endodontique.


B. Rétro-coronaire :

C'est une variante de la rétroalvéolaire, elle permet le dépistage précoce des caries proximales, le diagnostic et contrôle des lésions parodontales, le rapport d’une obturation avec la  pulpe et l'appréciation du volume et limite de  la chambre pulpaire.


C. Mordu occlusal :

Il permet de déterminer la position des dents en cas d’inclusion dentaire, visualiser un calcul sous maxillaire au niveau de la mandibule, visualiser un trait de fracture et l'étude des apex des dents maxillaires et le plancher des sinus.


Radiologie dentaire 1


II. Radiographie extra-buccale:

A. Panoramique dentaire :

C'est la radiographie de base de notre spécialité, elle donne une vue globale du maxillaires, mandibule, fosses nasales, ATM, les dents et le parodonte et les sinus maxillaires.

 Avantages :

  • Montre les limites d’une lésion étendue ou profondément située.
  • Voire l’étendue d’un trait de fracture.
  • Etudier la texture osseuse dans son ensemble. 
  • Obtenir un renseignement d’urgence lorsque la rétro-alvéolaire est rendue impossible.

Voir:

L'interprétation de la radiographie panoramique. 


B. Face base :

Il met en évidence les condyles mandibulaires, la région postérieure en bouche ouverte; rapport de DDS avec le canal alvéolaire inférieur aussi la région symphysaire (moins visible) et les sinus maxillaires.



C. Incidence de BLONDEAU :

Cette incidence nous donne une excellente appréciation des sinus maxillaires, elle fréquemment utilisée pour le diagnostic des sinusites.


D. Radiographie de profil :

Cette incidence permet d’étudier les fractures alvéolaires et alvéolo-dentaires, les déplacements dentaires dans dans le sens antéro-posterieur aussi l'inclusion dentaire ou de corps étrangers radio-opaques dans les tissus mous.


E. Maxillaire défilé

Elle objective à la mandibule 

  • Une lésion dont les limites bien précises.
  • Dent incluse avec son rapport avec canal alvéolaire inférieur.
  • Kyste, lésion infectieuse (ostéite).
  • Discontinuité du rebord basilaire. 
  • Trait de du fracture.
  • Trabéculation osseuse.

Au maxillaire :

  • Sinus maxillaires et ses rapports avec les dents.
  • Canine incluse ou ectopique.
  • Dent de sagesse supérieure incluse.


F. Incidence de SCHULLER:

Il permet de visualiser l'anatomie de l’ATM, fracture condylienne ou sous condylienne et dysfonctionnement de l'ATM.


G. Incidence de HIRTZ:

Permet la mise en évidence des asymétries crâniennes, fracture zygomatique et la recherche d'extension tumorale à la fosse ptérygo-maxillaire.


Radiologie dentaire 2


III.  Autres explorations radiographiques:

A. Tomodensitométrie:

Procédé radiologique permettant d’obtenir des images en coupe du corps humain.

Elle objective les fractures intra sinusiennes et les corps étrangers. 

Les pathologies tumorale et  inflammatoires (extension).

Dans les malformations; évaluation des lésions (éventuelles associations).

DENTASCAN :

En bilan pré-implantaire; il permet de déterminer la position réelle du nerf alvéolaire inférieur et la crête.

Position du plancher des fosses nasales. 

Position du sinus.

Épaisseur de la crête osseuse dans le sens VL et VP.

Cone beam :

Apporte des indications plus détaillées les petites structures osseuses difficiles à visualiser sur au scanner.

Offre la possibilité de localiser le champ d'examen sur la zone à étudier (quelques dents).


B. IRM :

Explore très bien les parties molles (l’os  est faiblement exploré). 

Le ménisque (ATM) est bien exploré, de même les adénopathies.


C. Scintigraphie :

Elle permet de diagnostiquer les métastases osseuses, les pathologies osseuses métaboliques et dégénératives, la surveillance de l'évolution des tumeurs malignes osseuses, l'exploration des foyers de l'ostéomyélite, visualiser la morphologie des glandes salivaires.



D. Sialographie :

Elle permet d'objectiver l’anatomie  glandulaire.

La radiographie d’une glande salivaire principale après opacification par voie canalaire au moyen d’un produit de contraste liposoluble (concentrés, douloureux lors de l’injection, élimination lente) ou hydrosoluble (plus tolérés, moins douloureux, opacification moindre,  élimination rapide). 


E. Échographie:

L'exploration des glandes salivaires; structures canalaires, lithiase, tumeurs. 

L'exploration des ganglions, kystes ou tumeurs de la langue. 


Radiologie dentaire 3


Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.