Lésions nerveuses lors de l'anesthésie

Recommandations :




Ce sont des lésions temporaires ou durables du nerf lingual, du nerf alvéolaire inférieur ou du nerf mentonnier survenues lors de la réalisation d'une anesthésie.


Paralysie faciale de bell


I. Paresthésie :

La paresthésie correspond à une sensation de fourmillement, picotement ou engourdissement le plus souvent unilatérale, accompagnée ou non d'une perte temporaire de la sensibilité. 

Elle peut être associée par une hypoesthésie ou hyperesthésie, dysesthésie (douleurs anormales), troubles gustatifs et troubles ophtalmologiques.


1. Causes de la paresthésie:

Lésion nerveuse (nerf  lingual) lors de l'infiltration.

Neurotoxicité de la solution anesthésique. 


2. Conduite à tenir:

Il faut rassurer et expliquer au patient, puis examiner le degré de la complication par un test d'effleurement ou de picotement à l'aide d'une sonde ou d'une aiguille; prescrire un anti-inflammatoires stéroïdiens et vitamine  B1, B6.

Si le problème persiste, orienter le patient chez un neurologue.



II. Paralysie faciale périphérique: 

La paralysie faciale idiopathique ou paralysie de Bell est unilatérale, elle correspond à une perte transitoire de la fonction motrice des muscles de la mimique faciale.

 

1. Causes de la paralysie faciale périphérique:

  • Une irritation nerveuse entraînant une inflammation du nerf facial.
  • Un traumatisme direct par section iatrogène nerveuse avec œdème et compression nerveuse.
  • Une faute technique lors de la réalisation d'une anesthésie tronculaire.
  • Si l'infiltration est en externe du ramus le risque est d'anesthésier le nerf facial.
  • L'injection accidentelle du produit anesthésique dans la loge parotidienne et par conséquence l'anesthésie du nerf facial passé dans la glande parotide. 


2. Manifestations cliniques (signes de Charles Bell):

Ce type de lésion nerveuse se traduit par un incompétence palpébrale homolatérale, éffacement des rides frontales et du sillon naso-génien, une commissure labiale déportée en controlatérale, incontinence labiale, trouble de l'élocution et de l'alimentation, impossibilité de souffler, siffler ou gonfler la joue


3. Conduite à tenir :

  • Rassurer et expliquer au patient que la lésion est transitoire. 
  • Demander au patient de retirer les lentilles de contact car il y a un risque de sécheresse oculaire.
  • Reporter  les  soins. 

Conduite à tenir en fonction de la cause : 

Erreur technique: abstention et surveillance car l’anesthésie est temporaire, sinon prescrire au minimum: collyre, larmes artificielles, strips pour maintenir la paupière en occlusion la nuit.

Si les symptômes persistent au-delà de 48-72 heures; prescrire des antibiotiques, corticothérapie (prednisolone) per os 1mg/kg/j pendant 5 jours et vitaminothérapie B1, B6.


Dans certains cas la réactivation du virus varicelle zona peut provoquer une paralysie faciale ; le traitement consiste à la prescription d'une corticothérapie  (prednisolone) 1mg / kg/ j et Aciclovir 200mg 5 fois par jour pendant 5à10 jours.



4. Prévention:

Pour prévenir ce genre des lésions ; il faut connaître et respecter l'anatomie  maxillo-faciale, et bien sûr maîtriser la technique correcte de l'anesthésie tronculaire du nerf alvéolaire inférieur au niveau de l'épine de spix.


Carnet de notes 100 pages 





3 commentaires:

  1. article tres interessant heureusement ses accidents sont rares merci à vous et bon courage

    RépondreSupprimer
  2. Dommage qu'on peut pas tout imprimer en format pdf 😕

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour les informations reçus

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.